marine serveuse mpf

MARINE, 23 ANS, Serveuse de paella professionnelle 

« Ce n’est pas toujours évident de trouver un boulot en Australie quand on arrive à la période de Noël à Sydney. Entre les étudiants australiens en vacances et les autres backpackers qui viennent à la même période, c’est un peu la guerre aux plus motivés.

Etant extrêmement motivée et ayant un besoin urgent d’argent, je commence sur Gumtree comme à peu près tout le monde. Aucun boulot ne m’échappe, je postule pour être femme de ménage, femme de chambre, cuisinière, barmaid, serveuse … Et bien d’autres ! A 100 CV envoyés par jours et zéro réponse, changement de technique : le démarchage … C’est comme ça que je me retrouve à me balader dans Sydney, CV en mains. Dès mon premier jour, j’obtiens une réponse d’une pâtisserie qui me dit de revenir dès le lendemain pour un essai. Ô joie, enfin un premier essai ! Je me rends donc à l’heure dite. Travaillant durant 7h sur une pièce montée, à devoir coller des bonbons en sucres sur un gâteau de 4 étages… après tout pourquoi pas ! Cette expérience s’est avérée assez pitoyable vu qu’après quelques coups de téléphone, la patronne de l’établissement m’annonça qu’elle n’avait pas besoin de moi. Une envie passagère de brûler sa pâtisserie me passa par la tête, mais bon, après tout ce n’est pas la première qui se servira du réseau backpackers pour une journée de rush. ;)

Pas de panique, j’ai fini par trouver grâce à un ami d’un ami qui avait un contact dans un restaurant espagnol. Bref, il me dit de venir à 17h au restaurant. J’arrive, persuadé que j’allais juste passer un entretien, et demande à voir le manager. Quelle surprise quand mon patron chinois me dit « Marina ? », «  euh non Marine » ,  « OK OK go to work, you are late » et me tend un tablier à l’effigie d’une bière espagnole « La Estrella Gallica ».

Commence alors l’apprentissage ultra rapide du restaurant, du service, du personnel, … Mis à part un cuisinier imbu de sa personne qui pensait que les femmes étaient le dernier maillon de la chaine alimentaire, le reste de l’équipe était très sympa. Surtout Mia, une danoise qui me forma et m’a appris le boulot à faire, toujours avec humour. 

Ce restaurant a sûrement dû être construit par un architecte qui avait beaucoup d’humour car il a décidé de mettre la cuisine en haut d’un escalier sans fin, que nous pauvres serveurs, montons cent fois par soirée les mains vides pour redescendre avec deux énormes paellas … brûlantes… Quand j’avais le temps j’en profitais pour nourrir Jérémy qui s’ennuyait à mourir dans le fond du restaurant et qui m’attendait affamé ;). 

Ce que je retiendrai de ce boulot, mmh je dirais « food upstairs », « knife on the left senorita » mais surtout beaucoup de fous rire avec Jérem, Mia et Andra, une formation plus qu’express en tant que serveuse, des odeurs rares provenant de tous les animaux marins possibles et inimaginables.. Mais des souvenirs qui resteront longtemps (on ne l’oublie pas comme ça) comme mon Premier restaurant espagnol !!! »

selim serveur mpf

SELIM, 23 ANS, Serveur « Mr Frog »

« Il ne faut jamais dire jamais. Voici une règle générale que chaque backpacker devrait rencontrer. En effet avant de venir en Australie, je me voyais déjà webdesigner dans les plus grandes agences de publicités avec un salaire incroyable. Après quelques petits boulots de webdesign, mon compte en banque a diminué rapidement (on habite à Sydney je vous rappelle!) et j’ai donc décidé après 2 mois de réflexion intense et après un gros travail sur moi même de me lancer dans la recherche d’un emploi. 

En tant qu’ancien serveur/animateur dans le spectacle Buffalo Bill’s Wild West Show à DisneyLand Paris je me devais de retourner vers mes racines, vers ma zone de confort… LE BOULOT DE SERVEUR ! ahah ! Avec une grande motivation j’ai donc commencé à chercher un boulot aux alentours de Coogee et de Randwick. À la fin de la matinée, je vous avoue que je rêvais simplement d’aller à la plage et je me disais comme tout bon jeune de mon époque « Rooooh on verra ça demain ». Finalement avant de terminer ma journée de recherche, Axelle me pousse à aller voir un dernier restaurant à deux pas de chez nous. Et là gros coup de chance je tombe sur la manageuse française et elle me propose de faire un essai le soir même ! Eh bien voilà la bonne affaire dis donc ! 

Petit topo rapide sur mon restaurant : le Zellini’s. Ce restaurant porte le nom d’un restaurant italien, avec une propriétaire allemande, une manageuse française, un barman népalais, un cuisto indien et un tout nouveau serveur frais et dispo français ;) Autant dire que le melting pot est parfait. Mes débuts sont compliqués avec des clients exigeants, et une patronne très nerveuse (visualisez une petite blonde allemande au physique d’un tonneau de bière qui s’énerve pour un rien). Au bout de quelques semaines, je comprend mieux les attentes des clients, leur demandes farfelues, leurs caprices et surtout je comprend l’intérêt du fameux tips ! Un petit sourire, un petit mot en français (évitez le classique bon appétit voyons !) et les 20 dollars sont dans la poche ;) On me surnomme vite the Lovely French ou Mr Frog et je prend vite l’habitude du boulot. La paye n’est pas très bonne (14$/heure) mais les tips peuvent monter à 100$ par semaine ! 

Avec le temps, la patronne me donne plus d’heures (environ 30h par semaine) et les clients s’habituent à moi. Cependant, je ne m’entend le travail est assez fatiguant (surtout avec 5 fermetures dans la semaine) et au bout d’un mois et demi, je décide d’arrêter pour me concentrer sur la suite de notre road trip. Je garderai donc comme souvenir : le petit tonneau de bière qui s’énerve, le barman un peu chaud du zizi (disons les choses), les clients spéciaux, ceux qui veulent apprendre le français ou ceux qui me donnent des surnoms et surtout un plat savoureux : Fettuccine Boscaiola ! Finalement, à la fin, je me suis dit que JAMAIS plus je ne serai serveur, mais ça c’est encore une autre histoire… »

 

axelle vendeuse de glace mpf

AXELLE – 24 ANS, Reine de la glace

« Une fois arrivée à Sydney, j’ai dû me mettre à la recherche d’un taf pour financer la suite de l’aventure ! Rester enfermer toute la journée devant un ordi ce n’est pas mon truc, donc pas de Gumtree pour moi je préfère partir arpenter les rues de Sydney avec mon CV et mon anglais approximatif : AU CULOT ! Ça fait visiter.

Au bout de 2 semaines à mendier un job de 9h à 18h je tombe sur un Français patron du Gelatissimo de Coogee. On bavarde, il me dit qu’il a une place qui se libère bientôt qu’il m’appelle dans 2-3 jours. N’ayant toujours pas de nouvelles, je repasse deux fois dans la même semaine pour montrer ma motivation et c’est dans la poche ! Je suis officiellement une GELATISSIMO GIRL (il n’embauche que des filles ;)) !

L’équipe est géniale, des filles trop cool venant des quatre coins du monde. On passe notre temps à se moquer des accents des unes et des autres, à échanger sur nos parfums de glace préférés et à vider les réservoirs de Nutella ;) La paye est bonne (17$ de l’heure) et le cadre idyllique en bord de mer. Et heureusement que l’ambiance est là car les horaires de travail sont difficiles. On tourne chacune à 35h-45h par semaine. Du vendredi au lundi je fais du 14h-00h non stop dans un Gelatissimo bondé. Les Australiens sont des fous de glaces et ce à toute heure de la journée et de la nuit !

Au début, entre le maniement de l’anglais et de la glace j’étais au fond du gouffre. Je peux vous dire que mon poignet et mon dos l’ont senti passer ;). Surtout qu’après des journées de dingue il faut tout nettoyer…

Au bout de quelques semaines, je prends le rythme et j’ai même plaisir à aller bosser. Je comprend tous les accents et me tape même des crises de fou rires avec les clients, et puis, « Hot Nutella on the Top », je suis élu vendeuse du mois ;) et en anglais s’il vous plait !

J’en retire une super expérience, de très belles connaissances et un compte en banque bien rempli ! »

jérémy dishwasher mpf

JÉRÉMY, 23 ANS, Dishwasher en intérim.

« Le métier de Dishwasher, un job de rêve dans un restaurant espagnol tenu par des chinois. J’ai eu la chance qu’un pote à moi quitte ce job au moment où je cherchais. Je suis donc arrivé comme une fleur au restaurant en leur disant que je pouvais remplacer le dishwasher qui s’en allait. J’ai été pris direct, après une formation de 10 minutes par un chinois qui parlait l’anglais comme une vache espagnol. Il se faisait appelé Charlie mais son vrai nom était en réalité Chan Lee. Je suis donc devenu rapidement le speedy Gonzales du nettoyage d’assiettes et de couverts, une fusée ! 

Marine qui bossait donc avec moi en tant que serveuse était très admirative de mon talent de la plonge ! Elle m’enviait. Mais sa jalousie ne l’empêchait pas de m’apporter quelques mets délicieux venu tout droit de l’assiette des clients qui n’avait pas fini leur plat. Paella, crabe, poulpe, chorizos, pain garlic… je me suis régalé ! Il faut bien qu’il y est UN avantage dans ce boulot.

La réserve d’alcool était fermé à clé, je ne pouvais pas y accéder…VDM. J’étais payé 70 dollars la soirée net et on me donnait une enveloppe en liquide chaque semaine. J’avais mon ami et collègue, Paolo le portugais qui bossait avec moi. Je me souviens de nos conversations : « Helloch ! How are youch my Friendch ». Ma meilleure amie était une machine à laver géante, la meilleur création de l’Homme depuis l’éponge. Tous les étudiants du monde entier rêveraient d’avoir cette machine dans leur petit appartement et éviter ainsi la montagne de vaisselle sale !

Je retiendrai donc les bonnes rencontres, la merveilleuse nourriture, et le fait que j’ai appris tous les aliments de la Paëlla en anglais ! »
On quitte Sydney le 30 avril pour un nouveau road trip en direction de Melbourne, Adélaïde et le centre rouge !
La Team ;)