Après avoir parcouru le sud de l’Australie, c’est au départ du YHA d’Adélaïde que nous entamons notre traversée du désert direction Alice Springs ! Cette fois ci la Team du blog australie ne voyage pas seule, nous sommes 22 à tenter l’aventure à bord du « PUP », accompagnés de notre guide Groovy Grape : Sid !

C’est toute nationalités confondues que nous parcourons les kilomètres qui nous séparent des Flinders Ranges. Une fois dans le National Park nous avançons au cœur de l’Alligator Gorge, où des immenses falaises rouges orangés nous surplombent.

À savoir : dans le désert votre vie est rythmée par les levés et couchés du soleil !

Le soleil venant à manquer nous fonçons direction le point de vue Dutchman’s Stern observé le couché du soleil sur les plaines et forêts des Flinders Ranges. Pour vous décrire ce qui se déroule face à nous, imaginez vous un mix entre le décor de « la petite maison dans la prairie » et de « le bon, la brute et le truand » !

flinders ranges 3 copie

De retour au camp, nous débutons notre première soirée tous ensemble. L’anglais extraverti, l’allemand comique, le suisse timide et la coréenne trop mimi se lâchent, la soirée devient délirante ! Après la fête, la dure réalité de la vie d’un aventurier de l’Outback refait surface ! C’est sous la pluie et à la belle étoile que nous passerons la nuit dans notre nouvel meilleur ami : le SWAG ! Pour ceux qui ne connaissent pas, le SWAG est une invention Australienne, cousin du duvet, il possède un matelas, garde au chaud et est hermétique.

Le jour suivant, nous reprenons la route. Plus nous avançons et plus le décor change ! Nous voyons enfin apparaître ce que nous étions venu chercher, une terre aussi rouge que les feuilles à l’automne. Dans la partie nord des Flinders Ranges nous tombons sur le Lake Hart, un lac de sel sur lequel il est possible de gambader. Le ciel se reflète ce qui donne à nos deux amis Jérémy et Olivier l’occasion de nous faire un remake de la pub Air France version « On est gay et on l’assume ! »

Après toutes ces émotions, nous reprenons la route direction Coober Pedy. Si vous voulez être dépaysé il n’y a pas mieux. C’est dans cette ville que se trouvent les mines d’Opales, mais la grande particularité de cet endroit c’est que les habitants vivent sous terre (les DogHouse). Les anciennes mines servent aujourd’hui d’habitations, si vous allez au musée de la ville vous aurez l’occasion de visiter une de ces atypiques maisons. Salon, cuisine, salle de bain tout y est mais sous des mètres et des mètres de roches et de terre. Le musée étant lui aussi sous terre, nous grimpons sur le toit pour observer le couché du soleil sur cette ville minière perdue au milieu du désert.

Capture d’écran 2013-09-07 à 14.49.51

Après une bonne pizza, notre guide nous emmène rendre visite à un des habitants : un bébé kangourou à la Josephine’s Gallery. Son propriétaire le tient dans ses bras et lui donne le biberon, cette petite chose est à croquer. Le moment tendresse passé, nous rejoignons nos dortoirs. L’unique Backpacker Hostel de Coober Pedy est un Bunkhouse, c’est à dire un long couloir et un enchaînement de lits sous la terre. Je peux vous dire qu’une fois les portes fermées, dans l’obscurité et le silence total, on ne faisait pas les fiers !

Après une nuit hors du commun, nous reprenons la route. Un peu plus loin nous tombons sur la Mt Willoughby Station où une barrière s’étend sur des kilomètres. Notre guide nous explique alors que l’Australie est divisée en deux par cette fameuse barrière qui protège le bétail des dingos, et qu’à certaines stations, comme la Mt Willoughby Station,  il est possible de se retrouver sous la route. Nous allons donc nous asseoir dans une espèce de fosse sous la route avec une grille au dessus de nous. Nous sommes là tranquille à discuter lorsque un camion passe sur la grille, le bruit et la vitesse de l’engin nous roulant dessus sont tellement puissants que nous bondissons et crions comme des petites filles (Selim s’est même cogné à la grille).

Quelques kilomètres après, nous passons enfin dans le Nothern Territory. Il y a une sorte de légende sur ce territoire, les Australiens racontent qu’une sorte de magie opère et que lorsque l’on franchit cette frontière les véhicules ont quelques soucis à fonctionner. Il est vrai qu’une fois passé ce panneau nous voyons au bord de la route de nombreux vans et voitures en ruines, abandonnés sur le bas côté. À croire que cette histoire n’est pas qu’une légende puisque 30 min après la frontière nous tombons en panne ! Nous devons donc attendre en plein désert au milieu de rien qu’un bus tout neuf arrive. Comment 22 jeunes peuvent-ils bien s’occuper pendant 7h en plein désert ? Et bien ils mettent le son à fond, dansent au milieu de la route et jouent à la pétanque !

C’est du coup à 2h du matin que nous arrivons à notre camp tour près d’Uluru. Après un bon barbecue, c’est dans nos SWAG au coin du feu que nous profitons de quelques heures de sommeil.

Comme on vous a dit, dans le désert votre vie est rythmée par les levés et couchés du soleil, c’est donc de très bonne heure que nous partons prendre le petit déjeuné face au levé du soleil sur le célèbre Uluru. Nos bols de céréales en main, nous admirons ce spectacle hors du commun ! Plus le soleil se lève, plus le décor autour de nous rougit. Noir, beige, ocre, orange puis rouge quasiment fluorescent c’est incroyable. Chose que nous ne savions pas, c’est qu’il existe une marche faisant le tour d’Uluru. C’est de loin la meilleure façon de découvrir cette merveille de la nature. On se sent tout petit face à ce monstre rouge qui jaillit de la terre et on peut voir toutes ses subtilités : des points d’eau, des surfaces et formes de toutes sortes, des peintures aborigènes… L’après midi, nous optons pour une balade en dromadaire avec Uluru Camel Tour dans le désert entre Uluru et Kata Tjuta pour 75 dollars. Nous terminons la journée de nouveau face à Uluru mais cette fois pour le couché du soleil. Les couleurs sont encore plus belles : du bleu, du fushia, du rose et la lune est au rendez vous !

Capture d’écran 2013-09-07 à 14.50.31

Le lendemain matin départ pour Kata Tjuta et sa majestueuse Vallée des Vents. Cet endroit est un condensé de milliers de petits Uluru au sein d’une vallée désertique, une marche à couper le souffle. Sur la fin il faut grimper entre deux falaises pour une fois arrivé en haut avoir une vue sur tout le domaine : plaines, terre rouge et enchainement d’énormes rochers rouges et ocres aux allures de maisonnettes ce qui donne l’impression d’être face à un village. En redescendant nous tombons sur une mini cascade qui coule le long de la roche, un phénomène très rare et splendide.

Nous quittons ce lieu atypique pour passer la nuit à Kings Creek Station où le couché de soleil sur les canyons est incroyable, si vous avez de la chance vous pourrez même voir des dromadaires sauvages courir juste en face de vous.

Dernier jour dans ce désert aux milles surprises ! Nous finissons notre périple par Watarrka (Kings Canyon). Des gorges orange où nous retrouvons, parsemées partout, les mêmes sortes de formations rocheuses qu’à Kata Tjuta en forme de petites maisonnettes. Comme d’habitude nous ne pouvons manquer le levé du soleil J là encore des couleurs dingues mais surtout, perchés sur la pointe du canyon, le vide que l’on voit apparaître petit à petit !

Capture d’écran 2013-09-07 à 14.53.59

Ce lieu est un vrai terrain de jeu ! Dans les hauteurs nous nous penchons dans le vide pour observer les falaises et la forêt tropicale en bas. Lorsque nous sommes dans la gorge nous pataugeons dans l’eau cernés de palmiers. Pour ceux qui ont l’occasion d’y aller en été ne passez pas à côté du « Garden of Eden » au fin fond de ces gorges, c’est l’endroit idéal pour piquer une tête ! Après un enchainement de vues toutes plus hallucinantes les unes que les autres nous reprenons la route pour Alice Springs.

Nous avons passé 6 jours au beau milieu de ce désert, à dormir à la belle étoile, à admirer des couchés et levés de soleil aux couleurs incroyables, complètement dépaysés et secoués par toutes ces merveilles de la nature. La vraie Australie c’est celle ci, des lieux qu’il n’est donné de voir nul par ailleurs et d’une beauté hors du commun !

Bis de la Team